Blog

Nicolas Sureau: « la formation et l’apprentissage de l’athlétisme sont la base de notre club. »

L’AG du club s’est tenue samedi 4 novembre dernier et à cette occasion, nous avons eu envie de poser quelques questions à notre Président Nicolas Sureau. Nous avons l’habitude de le croiser en costume-cravate sur le stade alors quel athlète est-il vraiment ?!

Nicolas, l’ASA et toi, ça a commencé comment ?
En 1991, en participant à une course en benjamin 1ère année, sans être inscrit au club. C’était un 500m, distance officielle à l’époque. J’ai couru avec les minimes, catégorie dans laquelle évoluait mon grand frère François. Il gagne la course largement devant, je termine 2ème. A la rentrée d’après en septembre 1992, je m’inscrivais à l’ASA Athlétisme, dernier de la famille à rejoindre le club d’athlétisme !

Quel athlète étais-tu ? Et aujourd’hui ?
Un demi-fondeur touche à tout: coureur de 800m au 5000m, et cross-country et 10 km de temps en temps… J’ai participé à 17 championnats de France FFA, dont 3 fois les Elites sur 800m et 1500m. Vainqueur de la série B des Elites en salle sur 1500m en 2002 (équivalent des Nationaux aujourd’hui).

2’27″39 sur 1000m le 20 octobre 2001: ce record du club aura longtemps tenu mais pas résisté à l’arrivée d’Alexandre Saddedine… 😉

Je me suis essayé au décathlon en fin de carrière, ai toujours pratiqué des lancers (javelot, poids, disque)… Entre 2002 et 2006, arrêt de compétition pour raisons professionnelles. Puis reprise en 2007 pour le loisir, avec participation à des trails, et les interclubs si besoin ! (1500m, 400m haies, poids, disque…)

En 2014, les trois frères se sont lancés dans l’aventure de l’ultra-trail de l’Atlas…

Comment es-tu devenu Président ? Et concrètement, être Président, c’est quoi pour toi ?
Je suis devenu président de l’ASA Athlétisme il y a 13 saisons, en 2005. Jean-Louis Gaillard était président du club depuis 1988; il a cédé sa place à la rentrée 2004 à François Perrault, nouvel arrivant au club. Mais François P. a quitté la fonction avant la fin de saison, et c’est François Sureau, mon grand frère, qui a assuré l’intérim en qualité de vice-président. A la rentrée 2005, j’ai été élu président sans réelle volonté de l’être… Mon grand frère pouvait poursuivre cette tâche, mais ils ont décidé en famille de quitter la région parisienne. L’équipe en place avait envie de renouveau, de mettre en œuvre de nouvelles idées et ça m’a finalement donné la motivation d’être le meneur et porte-parole de cette équipe.

Pour ceux qui étaient absents lors de l’AG… un mot sur l’ASA en 2017 et en 2018 ?
Un club, une association, ça doit vivre et ne jamais s’arrêter sur des processus ou des actions qui s’essoufflent. Pour cela, il faut innover, mettre en place des actions qui nous permettent d’imaginer de quoi l’avenir sera fait: comment notre athlétisme évolue, comment nos groupes et nos attentes en tant qu’adhérents, entraîneurs, dirigeants, parents, évoluent… tout en contrôlant que ces évolutions respectent nos fondamentaux: un club amical, formateur et généreux dans le partage.

Nous avons grandi en 13 ans: passés de 251 adhérents à 581, nous avons actuellement 28 entraîneurs pour encadrer nos groupes. Je pense que les actions que nous menons ces dernières années nous permettront de tenir le cap que nous nous sommes fixé. La formation et l’apprentissage de l’athlétisme restent la base de notre club, et les performances collectives et individuelles prouvent que nous tenons une formule qui donne des résultats. Nous avons ouvert de nouvelles pratiques, amélioré la qualité des prestations (formations entraîneurs et de juges). L’ASA est réputée dans la France entière; nous sommes classés dans les 5 premiers pourcents des clubs français en fin saison 2016-2017. C’est une marque de qualité.

J’ai confiance en l’équipe encadrante en place, dirigeants et entraîneurs, pour mener à bien la saison 2017-18 qui a commencé. Nous avons des ambitions modestes mais clairement affichées pour 2018. Très bonne saison à toutes et tous !

Share Button